La brique en verre dans l’architecture.

C’est une longue histoire que celle de la brique en verre, une histoire qui commence à la fin du XIXe siècle et se poursuit jusqu’à notre époque, à travers des ouvrages qui ont laissé une marque indélébile et durable dans l’histoire de l’architecture moderne.


De la Maison de Verre à Paris (1928/1932 Brique en verre “Nevada” - prod. Saint Gobain) de Pierre Chareau, à la Casa del Fascio de Côme (1932/1936 Brique en verre “IPERFAN” - prod. Fidenza Vetraria) d’Augusto Terragni, tous deux représentants du mouvement constitué autour de Le Corbusier et des architectes expressionnistes allemands (auquel adhéraient Bruno Taut et Walter Gropius, pour n’en citer que deux), qui considéraient le verre comme un matériau révolutionnaire par rapport à la triste brique traditionnelle en terre cuite.


De la modernité de la Maison Hermès de Tokyo (1999/2001 Brique en verre “Ginza” - prod. Vetroarredo), projetée par Renzo Piano, lanterne qui réalise le rêve utopique de Le Corbusier (la maison idéale comme lanterne), au temple du savoir en cristal, la bibliothèque Deusto de Bilbao, conçue par Rafael Moneo (2008/2010 Brique en verre “Dorico” - prod. Seves).


Une histoire longue et fascinante dont Fidenza Vetraria, aujourd’hui Bormioli Rocco, a été pendant plus de 60 ans un acteur absolu, depuis 1930.
Un acteur important hier qui revient aujourd’hui sous la dénomination de Bormioli Rocco pour contribuer à construire, comme par le passé, une nouvelle saison du « Beau ».

 

1926/1932 Maison de verre - Pierre Chareau

1934 Advertising IPERFAN Fidenza Vetraria

2008-2010 Biblioteca Deusto Bilbao (ES) - Rafael Moneo